PartageShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Comment éviter l’arnaque d’un serrurier ?

On pourrait écrire un guide des arnaques de serrurier, tant elles sont fréquentes et insupportables.

Porte coincée ? Clef coincée dans la serrure, clef perdue ? Allô dépannage ? Bon courage, et surtout, bonne nuit ! Car c’est en général lorsque le soleil est couché que les ennuis aiment venir frapper à… votre porte. Et c’est la nuit précisément que les artisans ripoux sortent de leur tanière pour profiter de l’aubaine, en sachant qu’ils sont les seuls disponibles à cette heure indue. En effet, ils sont nombreux les faux spécialistes qui sévissent en utilisant la détresse de ceux qui font appel à eux. Comment éviter les faux serruriers qui fracturent volontairement une porte pour pouvoir mieux la remplacer ? Comment se protéger contre l’abus de confiance et les tarifs gonflés ?

Comment ne pas tomber dans le piège ?

On ne compte plus les personnes honteusement abusées par des escrocs qui jouent sur la crédulité des gens désemparés. S’il est fortement conseillé d’être vigilant, il est utile pour commencer de connaître quelques trucs qui vous permettront (peut-être) d’échapper au pire. Tout d’abord, oubliez les prospectus glissés dans votre boite à lettres. Car derrière des noms limpides, style « Entreprise Familiale » ou « Serruriers Père et Fils » se dissimule souvent un seul et même aigrefin utilisant différents noms pour mieux piéger la clientèle crédule. Ensuite, il faut éviter les sites bidon qui fleurissent sur internet. Vous le savez, sur le web, n’importe qui peut s’improviser chirurgien-charcutier en serrurerie. Dans tous les cas, il est fortement conseillé de vérifier l’adresse de l’entreprise, sur Google Map par exemple. Et s’il n’y a personne à l’adresse demandée, c’est qu’il s’agit d’un plan arnaque.

Les pires situations cocasses

Souvent, après avoir défoncé le verrou à coup de marteau, le serrurier escroc vous dira qu’il faut tout remplacer, et pour cause, il a tout détruit ! Il vous expliquera le plus sérieusement du monde que si vous ne le faites pas tout de suite, vous risquez d’être cambriolé dans la nuit. Il va jouer sur votre peur… Ensuite, pour bien vous ferrer comme un poisson, il vous poussera à faire une fausse déclaration à l’assurance, pour que vous puissiez toucher des indemnités. Il vous aidera même à remplir le formulaire, super sympa. Le pire, c’est quand il appelle lui-même votre assureur. Et là, vous êtes coincé. En plus, une fausse déclaration, ça peut rapporter gros. Le scénario continue : le serrurier bidon va vous vendre ensuite une serrure 1500 euros qui en vaut en réalité 350 en vous disant qu’il ne touchera pas votre chèque avant que vous ne soyez remboursé par l’assurance. Bonjour l’illégalité sympathique. Là, vous êtes déjà à moitié assommé. Mais le faux dépanneur en veut toujours plus et vous expliquera, en fronçant les sourcils, que vous devriez faire installer un système d’alarme chez vous, sans tarder, pour vous protéger des nombreux cambriolages qui se préparent dans l’immeuble… C’est la panique dans votre tête. Votre compte en banque est en train de couler dans la poche du faux serrurier. Le voleur a gagné sa soirée et vous aussi. C’est clair, beaucoup de serruriers malveillants jouent sur l’ignorance des personnes afin de leur fourguer des services totalement inutile. C’est bien de le savoir. Si le serrurier rapace persiste, dites-lui que vous allez appeler votre cousin plombier en province. Vous verrez, le filou filera droit.

Une fois que le serrurier est là, que faire ?

Vous pouvez lui préparer un café, c’est gentil de votre part. Un sucre ? Mais on vous conseille surtout d’être vigilant pour éviter d’éventuels gros soucis. Pour une ouverture de porte, demandez-lui d’entrée s’il n’a pas une feuille de radio. Souvent, glissé dans la porte, c’est réglé en 15 secondes. L’escroc comprendra que vous n’êtes pas aussi naïf que ça. Exigez un devis tout de suite (obligatoire), avant les travaux. Evitez de le signer si la somme vous parait hallucinante sinon, vous ne pourriez plus faire marche arrière. Se renseigner également sur les tarifs de déplacement qui viendront s’ajouter à la note, eh oui… Ne jamais payer cash et sans facture, style à la bonne franquette, c’est louche. Essayez en tous cas de savoir s’il fait partie d’un réseau certifié par les professionnels de la serrurerie, comme Point Fort Fichet, et demandez -lui son accréditation. S’il refuse, c’est que vous êtes tombé sur un arnaqueur.

Garder la tête froide

A savoir également que ce n’est pas parce qu’une publicité dans la boite à lettres fait référence à des grandes marques de serrure que le serrurier est agrée par la profession. Sachez aussi que si certains serruriers affichent des prix gentils quant au déplacement et la main d’œuvre, ils retombent ensuite sur leurs pattes en gonflant le prix des pièces détachées. Encore une fois, faites-preuve de vigilance, voire de bon sens, même si ce n’est pas toujours évident lorsqu’il s’agit d’un dépannage d’urgence, en pleine nuit. Ne pas laisser le serrurier partir avec une pièce soi-disant cassée. Nous conseillons même d’éviter le changement des pièces importantes. Faites juste ouvrir votre porte, le reste attendra le lendemain. Il s’agit en fait de ne pas céder à la peur pour ne pas entrer dans le jeu du serrurier filou. Ces gens-là sont souvent de fins psychologues comme le sont aussi les grands escrocs. Leur arme, c’est la manipulation. Pas de panique, gardez les pieds sur terre et tout ira bien.

Le contrat confiance des vrais professionnels

Le Syndicat national de maintenance et de service après-vente (Synasav) pourra vous donner la liste des artisans agrées. N’attendez pas pour vous procurer cette liste et enregistrez les contacts qui pourraient vous être utiles un jour, en cas d’urgence justement…  Le bouche-à-oreille est une excellente façon aussi d’éviter de tomber dans le piège des escrocs. Il est utile de savoir également que les sociétés de dépannage faisant de la pub dans les pages jaunes ne sont pas obligatoirement des entreprises au-dessus de tous soupçons… Encore une fois, vigilance… En réalité, il semblerait que la meilleure façon de ne pas tomber dans ces pièges soit la pratique de la proximité de quartier. Faites connaissance avec votre serrurier de quartier, demandez-lui sa carte et ses conditions en cas de dépannage. Cela vous permettra de tisser un lien avec lui. Et un jour, quand vous l’appellerez à minuit parce que vous avez perdu vos clefs, il sera là dans la minute, peut-être en pyjama, pour vous offrir une belle prestation de serrurier intègre : rapide, adaptée à la situation, et à des tarifs justes.

Sur un plan légal

Il faut savoir que le « gonflage » des prix n’entre pas sous le coup de la loi. C’est au consommateur d’accepter ou non le montant. D’autre part, il n’existe pas non plus de véritable diplôme de serrurier. En réalité, tout le monde peut travailler comme serrurier, à partir de l’instant où il est inscrit sur le registre de la Chambre de commerce. C’est pourquoi les escrocs serruriers sont toujours aussi nombreux. En fait, sur un plan légal, ils ne risquent rien… ou presque. En effet, un juge civil pourra toujours juger si, en plus des prix prohibitifs pratiqués, il y a eu abus de faiblesse. En cas de besoin, n’hésitez pas à contacter un avocat.

2 comments

  1. Franc Lauber

    Prudence !

    Bonjour,
    Il faut être prudent et suivre les conseils des experts !!
    Merci !

  2. Richard

    Toute est vrai ce que vous disent , merci pour les conseils ça m’aide beaucoup vos idées , alors il faudra plus de conseil comme ça pour que le gens ne tombent pas dans la mains de ces arnaqueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *